05/01/2015

Les tendances 2015 du e-learning !

Interview d'Anne Gibassier réalisée par Bsoco, directrice de projet à Micropole Institut, pour vous présenter les prochaines tendances !

Bsoco: Sur le site bsoco, il y a 3 sous-catégorie de e-learning (LMS, Outil auteur et Rapid learning). Vous n´appartenez pas à aucune de ces catégories. Qu’est-ce qui caractérise votre solution ?
Anne Gibassier : Micropole Institut n’appartient en effet à aucune de ces catégories car nous ne sommes pas éditeur de logiciel mais utilisateur au quotidien. Micropole Institut accompagne ses clients dans la mise en place de solutions de formation à travers toutes les étapes du projet : ingénierie pédagogique, définition et déploiement de solutions pour créer et diffuser des contenus, déploiement des formations, communication, accompagnement post-projet… Nous avons donc une vision transverse sur ces catégories.


Bsoco : Quelle ont été les préoccupations majeures de vos clients en 2014 ?
Anne Gibassier : En 2014, les entreprises se sont posé beaucoup de questions sur les possibilités de transposer leurs contenus e-learning sur tablettes et smartphones. 2015 devrait signer la fin des demandes techniquement irréalistes avec des clients ayant gagné en maturité et capable de faire la part des choses sur ce qu’ils peuvent réellement attendre en matière de multi-device, considéré comme une opportunité de proposer aux utilisateurs des ressources pédagogiques complémentaires sur des supports différents.
Parmi les mots-clés de 2014, il ne vous aura pas échappé que les MOOC ont eu la part belle, au point d’éclipser d’ailleurs le Serious Game, qui avait tenu le dessus du panier quelques années durant. On note donc une tendance des entreprises à vouloir expérimenter elles-mêmes le concept, sous forme de COOC (Corporate online open course).
Mais la problématique de la mobilité comme celle des MOOC nous révèle que la question de la diffusion hors de l’entreprise se pose à nos clients. Car si l’entreprise, milieu clos et normé, offre un terrain de jeu sécurisé pour le e-learning, il n’en va plus de même lorsque celle-ci décide d’ouvrir ses ressources pédagogiques à l’extérieur, qu’il s’agisse de BYOD, de parc de tablettes externes inconnues ou de la transposition d’un COOC en MOOC… Et ce sont là de nouveaux défis techniques et organisationnels qui s’ouvrent à elle.


Bsoco : Est-ce que l’on voit apparaitre chez vos clients une tendance globale en matière de contenus ?
Anne Gibassier : D’une façon générale, on constate que le marché est en demande de contenus e-learning plus courts, avec des formats n’excédant pas 20 ou 30 mn, certains clients abaissant même ce seuil à 10 ou 15 mn. Le micro-learning fait également une belle percée, avec une logique de production en série de séquences qui n’excèdent pas 3 mn, chacune ne développant qu’une idée et une seule.
Cette tendance répond à un triple impératif : mobiliser les apprenants le moins de temps possible, tout en optimisant leur potentiel de concentration et de mémorisation, et en allégeant les budgets e-learningOn aboutit donc à des contenus plus épurés, sobres et élégants, fortement influencés par l’esthétique du web, avec un net recul des scénarios avec histoires, décors et personnages, pour privilégier le motion design et la musique, créant des univers rythmés, directs et percutants, allant droit au but et pédagogiquement resserrés sur l’essentiel.


Bsoco : Quelles sont, selon vous, les tendances en matière de e-learning (sujets, problématiques…) pour l’année 2015 ?
Anne Gibassier : Parmi les sujets en vogue en 2014 chez nos clients, on aura noté l’éthique, ou compliance, qui se maintient, ainsi qu’une percée du sujet du traitement des données personnelles, qui constitue visiblement une préoccupation d’actualité dans les entreprises.
Autre question qui mobilise nos clients : comment maintenir des contenus e-learning anciens, dont le cycle de vie atteint parfois les 5 ans, avec des demandes de mises à jour sur le fond et de relooking sur la forme, qui témoignent manifestement d’une préoccupation d’entretenir un capital précieux à leur yeux.
En parallèle de cela, chez Micropole Institut, on perçoit toujours une réelle demande liée aux projets informatiques, nécessitant pour l’équipe pédagogique de garantir une forte réactivité en environnement complexe.
Et de plus en plus de demandes d’accompagnement, avec des plans de communication autour de la formation, donc des actions de promotion et de notoriété, ou encore le recours à notre centre de services, qui offre souplesse et réactivité aux clients qui ont fait le choix d’internaliser leur cellule e-learning, tout en ayant la possibilité de s’appuyer sur un partenaire disponible, professionnel et compétent.


Bsoco : Merci pour vos réponses.

 

Consulter l'interview.


Envoyer à un ami

Valider
Le lien a été envoyé au destinataire avec succès.